Pour la fête des pères (et même pour la fête des mères) je tiens à ce que la Pouillette mette les mains à la tâche.

Pas toujours facile de trouver des activités adaptées à son âge, mais c’est sans compter sur son envie de faire comme maman. Elle veut faire des “créatifs” comme elle le dit si bien. Et tant qu’à faire les mêmes que maman, la broderie, le tricot et depuis peu, la couture. Autant pour la broderie et le tricot il est facile de la faire participer, mais la couture est beaucoup plus difficile pour une petite de 3 ans et demi (déjà que sa mère met 3 jours à faire un ourlet alors pour le reste....).

Pour la fête des pères, pas question de louper notre moment de complicité créatif, d’autant que le zom de la maison avait (enfin) fait un truc de ses mains et de celle de la Pouillette pour ma fête.

Nous avons cherché toutes les deux des idées pour faire le cadeau de zom, mais rien ne convenait, une fois c’était trop difficile pour Pouillette, une autre fois, cela ne lui plaisait pas et ainsi de suite... Et la fête des pères approchait de plus en plus et toujours rien... J’étais bien en peine (expression honteusement volée à ma mamie).

Et un jour, révélation ! Ma fille adore le personnage du lapin crétin... (trop souvent devant la télé cette gosse) elle voit donc le personnage à la télé le lapin crétin et me dit que son papa veut un lapin crétin !!! Rien que ça !

Hop, Pouillette sous le bras ou plutôt pendue à mon bras, nous voilà en route vers la zone commerciale la plus proche pour acheter un lapin crétin. Au rayon des produits dérivés, pas un seul lapin en vue... rien du tout, toute triste la Pouillette de ne pas trouver le  lapin tant convoité, nous décidons de faire le tour du magasin histoire de ne pas être venues pour rien, me disant que je vais lui offrir un livre par la même occasion. Et là, en passant devant les jeux vidéos, elle me lache la main pour crier en plein milieu du magasin “Maman, ya plein de crétins !!!"

Imaginez un peu dans quel état je me trouvais, rouge de honte, ne sachant  plus où me mettre !!!

Pour retrouver un peu d’aplomb, je la reprend en lui expliquant que non, on ne crie pas “crétin” dans le magasin mais on parle plutôt des lapins. Et elle me répond très sûre d’elle : “Mais maman, c’est des lapins crétins !!!” Elle me montre le boîtier du jeu  et là, je prend une claque : 50 euros ! Je veux bien que j’aime le zom mais 50 euros pour un jeu, j’ai du mal. Nous repartons du magasin les mains vides et la Pouillette triste car je n’ai pas acheté les “crétins” pour son père.

Plus tard dans la semaine, je cherche sur la toile si je ne peux pas trouver quelque part des “crétins” à commander ou pourquoi pas à faire. Je trouve bien un modèle de lapin mais tout en feutrine. Pas envie de d’acheter de la feutrine surtout que j’avais promis à zom de faire mes prochaines activités sans rien racheté vu le stock de “tout” à la maison, mais pas de feutrine à l’horizon  si ce n’est que deux ou trois restes d’activités précédentes. Et par hasard, je tombe sur un article de doudou pour adulte. Et là, l’idée : un doudou crétin pour zom.

Pouillette d’accord pour le projet, nous recherchons sur internet des idées de doudou crétin, mais nous ne trouvons pas non plus notre bonheur. Il nous faut inventer le doudou du zom. On ouvre la boîte à chutes de tissus, on retrouve les petits bouts de feutrine qui traîne depuis noël et en route pour le doudou crétin. Pouillette choisi le tissu pendant que je cherche comment je vais bien pouvoir faire la bête. Le temps passe et là, PAF, c’est le jour de la fête des pères et rien n’est prêt.

Allez zom, ouste, va te promener s’il te plaît, les filles ont du travail !!! Et zom part... Enfin, je caricature car nous avions prévenu zom que nous avions besoin de la matinée pour lui faire un gros cadeau.

La machine sortie, une fois la porte de l’appartement fermé, 4 mains s’agitent. On découpe. On pose des épingles. On sort les cotons perlés... Pouillette donne ses instructions, le “crétin” doit avoir des cornes de vache car zom aime les vaches. Il lui faut aussi des dents de crétins... (honnêtement, je ne sais toujours pas ce que sont des dents de crétins mais Pouillette m’a plus ou moins décrit ce qu’elle voulait donc nous nous en sommes sorties. La Pouillette appuie elle-même sur le pédalier de la MAC posé pour l’occasion sur la table. Les aiguilles s’agitent, un point par ci, un autre par là. De la bourre, oui il nous faut de la bourre pour cette petite chose, Pouillette plonge sa petite main dans le grand sac, afin d’attraper le maximum de fibre...

Et là, sous les yeux de la Pouillette, la transformation a lieu, de quelques bouts de tissus retrouvés de-ci de-là, un fond de feutrine et de la bourre nous voilà en face d’une création à quatre mains : le si joliment baptisé doudou crétin.

Le Doudou crétin

N’est-il pas mignon le doudou du zom ???

Il faut dire que Pouillette était très fière d’offrir à son père un doudou crétin, qui depuis trône fièrement sur ma tête de lit...